Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

22 février : Après-midi "Gâteau-Catho"

Publié le par Paroisses de Fresnay, Oisseau et Sougé

Un nouveau rendez-vous hyper convivial
pendant les vacances de février :
"Gâteau-Catho"
 
 
Une recette super simple :
 
1. Inviter des catéchistes-cuisiniers,
des enfants motivés
et quelques parents emballés
 
2. les regrouper dans la cuisine
et la salle-à-manger
du presbytère de Fresnay de 15h à 17h.
 
3. avec quelques ingrédients :
- de la farine, du sucre, du chocolat
- un soupçon de prières,
- trois gouttes de caté,
- un chouïa de chants !
 
 
Je résume : d'abord en cuisine 
22 février : Après-midi "Gâteau-Catho"
22 février : Après-midi "Gâteau-Catho"
22 février : Après-midi "Gâteau-Catho"
22 février : Après-midi "Gâteau-Catho"
22 février : Après-midi "Gâteau-Catho"
22 février : Après-midi "Gâteau-Catho"
Ensuite, un petit tour dehors, le temps de chanter la joie d'être aimés de Dieu :
 

Puis un temps de prières et d'enseignement, bien au chaud au presbytère :
22 février : Après-midi "Gâteau-Catho"
22 février : Après-midi "Gâteau-Catho"
22 février : Après-midi "Gâteau-Catho"
22 février : Après-midi "Gâteau-Catho"
22 février : Après-midi "Gâteau-Catho"
Enfin, après la dernière décoration des gâteaux...
22 février : Après-midi "Gâteau-Catho"
22 février : Après-midi "Gâteau-Catho"
22 février : Après-midi "Gâteau-Catho"
...la dégustation tant attendue :
22 février : Après-midi "Gâteau-Catho"
22 février : Après-midi "Gâteau-Catho"
22 février : Après-midi "Gâteau-Catho"
22 février : Après-midi "Gâteau-Catho"
22 février : Après-midi "Gâteau-Catho"

Toutes les photos sont LA
 
Et la recette est là :
 

Partager cet article

Repost 0

19 février: L'homélie de ce dimanche

Publié le par Paroisses de Fresnay, Oisseau et Sougé

Avec Jésus, toujours plus loin, toujours plus haut...
jusqu'à la sainteté !
 
 
Me voici rassuré, frères et sœurs bien aimés, de vous voir à la Messe ce dimanche : cela signifie que si vous avez été secoués, malmenés, bahutés dimanche dernier par l’exigence de l’enseignement du Christ, vous avez néanmoins tenu le coup et vous êtes à nouveau présents pour entendre Son message qui nous tire vers le haut.
 
Quitte à radoter –vous mettre cela sur le compte de mon grand âge– je me répète : Jésus est un ami exigeant, un ami qui demande beaucoup : le meilleur de nous-mêmes. On pourrait se dire qu’après la salve de la semaine dernière, Jésus va lever un peu le pied, mettre de l’eau dans son vin, relâcher la pression, afin de « ne pas désespérer Billancourt »… Pas du tout ! Absolument pas ! Nous venons de recevoir la deuxième couche afin que l’enseignement adhère bien, descende au plus profond de notre âme et y fasse son chemin. Jésus met la barre encore plus haut : « Vous avez appris qu’il a été dit… Eh bien ! moi, je vous dis… »
 
Être catho, c’est être hors norme, c’est sortir des sentiers battus, c’est accepter de ne pas vivre comme les autres ! Parce que nous appartenons au Christ ! Parce que nous sommes du Christ ! Je ne veux mettre la pression à personne mais le philosophe saint Justin, dans sa lettre à l’empereur Antonin le Pieux où il décrit la vie des premiers chrétiens, rappelle que si les chrétiens vivent au milieu des autres hommes, s’habillent comme eux, vivent selon les mêmes règles sociales, ils refusent de sacrifier aux dieux païens, comme le font les autres hommes. Et l’exemple de leur vie, leur douceur, leur sens du service, leur persévérance, doit aider les païens à se tourner vers le Dieu unique, Celui qui est venu nous sauver dans Son Sang, Celui qui, le premier, a mis en application Ses Paroles : le Seigneur Jésus ne Se paie pas de mots. Ce qu’il dit, Il le fait ; ce qu’Il expose, Il le met en application. Elle est la force du martyr : parce que Jésus a aimé, je dois m’efforcer d’aimer à mon tour… y compris mes ennemis. Parce que Jésus a servi, au point de Se mettre à genoux aux pieds de Ses apôtres, je dois, moi aussi, servir, de tout mon cœur, de tout mon être, de toute ma personne.

Or il y a des jours où je n’ai pas envie de servir, parce que je suis fatigué, parce que j’en ai marre, parce que c’est toujours sur moi que cela tombe, parce que celui qui demande mon aide est un enquiquineur de première ! Et Jésus le sait très bien ! C’est d’ailleurs pour cela qu’Il donne l’exemple des 1.000 pas à transformer en 2.000. Les exégètes se sont demandé ce que signifiaient de telles paroles. Et ce sont les historiens qui ont éclairé leur lanterne en leur expliquant que les soldats et fonctionnaires romain avaient le droit –cela faisait partie de ses prérogatives– d’exiger qu’un  juif porte leur sac ou leur fardeau sur une distance donnée. Vous imaginez l’humiliation de celui sur qui cela tombait : se mettre au service de l’occupant honni, détesté ! Être traité comme un larbin ! La honte ! Le déshonneur ! Et bien Jésus, à la surprise générale, source de scandale et de discussions sans fin, propose de transformer cette déchéance en service librement offert : « ils vous réquisitionnent pour 1.000 pas ? Renversez la vapeur : faites en 2.000 ! »
 
 
C’est l’amour qui transformera le monde ! Et tant pis si je passe pour un pigeon ! Aucune importance si, en ce domaine, je suis considéré comme un blaireau, un faible, un soumis ! Rien à fiche du regard des hommes sur moi : c’est le regard de Dieu qui prime ! C’est Lui qui me jugera à la fin des temps ! C’est Sa volonté que je veux faire ! Et s’Il me demande, quand c’est ma petite personne qui est attaquée, de vivre cette humiliation comme Lui a vécu celle de la crucifixion, allons-y gaiement !
 
En revanche, quand il s’agit de principes moraux, de la défense de la vie, de la dignité de la personne, de la liberté religieuse, la donne change. Mais vous voyez bien jusqu’au cela peut nous entraîner, n’est-ce pas, car c’est une forme de résistance au qu’en-dira-t-on, à l’ordre établi même ! Je ne peux me soumettre à des ordres iniques, même si un gouvernement légitimement élu en donne l’ordre, même si les media nous matraquent que c’est là la vérité, la règle à suivre. Les martyrs ne sont en rien des djihadistes, prêts à donner leur vie pour une cause. D’abord, c’est leur vie qu’ils offrent et ils la donnent par amour : ils ont préféré la vie en Dieu, l’amour de Dieu, à la vie du monde, à l’amour du monde, au prix de leur vie. De différentes façons, les prêtres réfractaires de la Révolution française, les Cristeros mexicains qui s’opposaient aux lois du gouvernement mexicain franc-maçon, les résistants chrétiens au nazisme, protestants et catholiques confondus, les babouchkas qui enseignaient la foi à leurs petits-enfants et les prêtres  qui baptisaient confessaient et célébraient la Messe sous le régime marxiste l’ont payé de leur vie, que ce soit sous la guillotine ou sur les pontons de Rochefort, sous les balles ou pendus à un gibet, dans les camps de concentrations ou au goulag. Saint Jean-Paul II a décrété le XXème siècle, le siècle des martyrs : « Au terme du deuxième millénaire, l'Église est redevenue une Église de martyrs. » Mes frères, par notre attitude, par notre façon de vivre, nous devons être martyrs, c’est-à-dire témoins. Témoins du Christ, témoins de Sa Parole, témoins de Sa joie ! Et ce maintenant par notre sourire et notre sens du service… et peut-être un jour dans notre Sang. Mais chaque chose en son temps, n’est-ce pas ! Que le Seigneur nous accorde Sa grâce, la grâce actuelle, celle qui agit au moment donné, celle nous avons besoin pour être des saints. Amen !        Dietrich Bonhoeffer, pasteur luthérien martyr du nazisme

Publié dans Homélie

Partager cet article

Repost 0

12 février : VIème dimanche du temps ordinaire

Publié le par Paroisses de Fresnay, Oisseau et Sougé

Jésus, un ami exigeant... qui demande beaucoup !
 

 
Les textes liturgiques de ce dimanche sont disponibles ICI
 
 
A la Messe de Fresnay,
nous avons eu la joie d'accueillir don Montfort de Lassus,
prêtre de la Communauté Saint-Martin installée à Evron (cliquez ICI),
qui accompagne un clan de routiers FSE en marche vers Alençon. 
 
A la fin de la Messe, Lou Anne a reçu la médaille des Marthe et Marie
12 février : VIème dimanche du temps ordinaire
12 février : VIème dimanche du temps ordinaire
12 février : VIème dimanche du temps ordinaire
12 février : VIème dimanche du temps ordinaire
Merci à Lou Anne et aux autres Marthe et Marie pour leur dévouement.
 

Partager cet article

Repost 0

10 février : sainte Scholastique...

Publié le par Paroisses de Fresnay, Oisseau et Sougé

...patronne de la ville du Mans
 

Saint Benoît et sa soeur sainte Scholastique
lors d'un célèbre épisode de sa vie : cliquez ICI
 
Belle occasion de prier pour les moniales bénédictines de Sainte-Cécile à Solesmes
ou celles de La Paix-Notre-Dame à Flée.
 
Un peu d'histoire locale :
 
L'évêque du Mans, saint Béraire,
qui régna de 658 à 673, eut une vision
qui lui indiqua où se trouvaient
les reliques abandonnées
de sainte Scholastique
depuis que les Lombards
avaient pillé et détruit
l'abbaye du Mont-Cassin.
 
En ayant fait rapporter au Mans
une partie très notable,
il les déposa dans un monastère
qui porta le nom de la sainte,
entre la Sarthe
et les murailles gallo-romaines.
 
Ce monastère ayant été détruit au IXème siècle lors des invasions normandes,
les précieuses reliques furent recueillies dans la collégiale Saint-Pierre-la-Cour.
Elles furent en parie consumées dans un incendie qui ravagea la ville au XIIème siècle.
Ce qui s'en était conservé échappa aux profanations des protestants.
Une autre partie fut en revanche détruite par les révolutionnaires en 1793.
 
Le reste fut sauvé par des fidèles manceaux
qui en firent don à l'église Saint-Benoît.
Cette église a reçu depuis d'autres reliques de la sainte
qui étaient conservées au diocèse de Verdun.
L'église de style néo-byzantin Saint-Benoit
dans le Vieux-Mans
 

D'après Sainte Scholastique, patronne de la ville du Mans, 1923,
de Dom Heurtebize et Robert Triger
 

Publié dans Spiritualité

Partager cet article

Repost 0

8 février : rencontre de préparation à la première Communion...

Publié le par Paroisses de Fresnay, Oisseau et Sougé

...pour les parents de Fresnay, Fyé et Champfleur
à 20h30 à la salle Saint-Léonard
 

Les Disciples d'Emmaüs - Le Caravage
 
Une rencontre pour aborder toutes les questions pratiques liées aux célébrations
mais aussi pour réfléchir entre adultes
à la dimension de cette étape si importante pour nos enfants.

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>