Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

28 février : L'homélie du deuxième dimanche de Carême

Publié le par Paroisses de Fresnay, Oisseau et Sougé

Prêt à monter avec Jésus ?
 
Frères et sœurs bien aimés, la semaine dernière, la première lecture nous emmenait loin dans le temps, à l’époque où le patriarche Noé sortait de l’arche avec sa famille et les animaux qu’il avait sauvés du déluge. En ce IIème dimanche du carême, nous ouvrons à nouveau ce grand album de famille qu’est la Bible et nous croisons cette fois Abraham. Il en sera ainsi chaque dimanche de la sainte quarantaine :
- Moïse et le Décalogue pour le IIIème dimanche,
- la déportation à Babylone le IVème dimanche
- et l’alliance promise par le prophète Jérémie le dimanche avant les rameaux.
Chaque dimanche, nous voyons Dieu à l’œuvre, qui agit pour Son peuple. Et, chaque dimanche, comme dans un jeu de miroir, la deuxième lecture nous donne une clé de lecture du texte de l’Ancien Testament.
 
Aujourd’hui, il était question du sacrifice du jeune Isaac, le fils promis, le fils de la vieillesse, le fils tant espéré, tant attendu  par Abraham et Sarah. Texte sidérant, récit glaçant : un homme mis à l’épreuve, un père chargé de sacrifier son fils unique à Dieu. C’est un rite qui existait dans la religion cananéenne (mais aussi dans d’autres religions) et qui a perduré, là où les Israélites, suite à cet épisode, ont compris que Dieu ne demandait pas aux hommes de sacrifices humains.
Comme la semaine dernière, Dieu accorde une bénédiction. Celle-ci est personnelle : elle s’adresse à Abraham en raison de son obéissance, de sa soumission. Des Pères de l’Eglise voient dans l’attitude du patriarche qui prépare tout pour le sacrifice de son fils la preuve de sa confiance absolue. Il sait, dans la foi, que Dieu va agir. C’est cette foi, cette adhésion totale à la volonté divine que Dieu récompense. D'ailleurs, à chaque Messe, dans le canon romain, nous faisons mémoire de ce « sacrifice de notre Père Abraham » comme l’un de ceux qui a été accepté, agréé par Dieu.
Le Sacrifice d'Isaac - Caravage - Galerie des Offices à Florence
 
La deuxième lecture, je vous l’ai dit plus haut, nous "traduit" le texte de l’Ancien Testament, nous l’explique, nous donne des clés de lecture et d’interprétation. Saint Paul, dans son style parfois lapidaire, résume : « Si Dieu n’a pas épargné Son propre Fils et L’a livré pour nous tous, comment pourrait-Il ne pas nous donner tout ? » Je vous pose la question, mes frères : nous sommes stupéfaits, horrifiés -à juste titre- par le sacrifice du petit Isaac (comment Dieu peut-Il demander une telle chose à un père ?) mais, d’un autre côté, est-ce que nous nous ne sommes pas habitués à cette image de Jésus sur la croix. L’apôtre le rappelle aux Romains et à nous par la même occasion : « Dieu n’a pas épargné Son propre Fils. » Ce qu’Il a demandé à Abraham et dernier moment abrogé, Il l’a fait par amour pour nous en Jésus. Nous sommes bouleversés quand Dieu semble demander à un père de Lui sacrifier son fils, mais sommes-nous bouleversés de reconnaissance, éperdus de gratitude quand c’est Lui, Dieu, qui Se sacrifie pour racheter nos péchés, pour expier nos fautes ? Et c'est ce que nous vivons à chaque Messe : l'actualisation du sacrifice du Fils pour le rechat des péchés des hommes.
Un des buts du carême est de redonner à Dieu la première place dans notre vie de chrétiens et c’est en relisant Son amour pour nous que nous pourrons faire ce choix, librement, spontanément.
Isaac portant le fagot
Jésus portant la croix
 
Et l’évangile dans tout ça ? Quel est le lien entre le sacrifice d’Isaac et l’épisode de la Transfiguration de Notre Seigneur ? Dans les deux cas, nous avons des hommes qui montent, qui cheminent vers le sommet d’une montagne. Vous savez que la montagne, c’est le lieu d’intersection entre la terre et le ciel, le lieu de la rencontre avec Dieu. Nous aussi, nous montons, nous grimpons. La semaine dernière, je vous parlais de "course" ; aujourd’hui, c’est plutôt d’ascension, de montée, d’escalade dont il est question. Eh oui, notre progression vers Pâques n’est pas simple. Si nous vivons ce carême sérieusement, avec persévérance –et non pas en dilettante, comme ça en passant, entre deux activités– nous aurons à monter et peut-être à abandonner sur le bord du chemin tel poids inutile, tel paquet encombrant qui alourdit notre sac-à-dos et entrave notre marche. Ce n’est que là-haut que Dieu pourra nous révéler Sa Toute-Puissance : il nous faut monter, arriver au sommet pour que Dieu réalise Son œuvre. Il a fallu qu’Abraham grimpe au sommet de la montagne, bâtisse l’autel, apprête le bois et ligote son fils pour que Dieu arrête son mouvement. Il a fallu à Pierre, Jacques et Jean se coltiner la grimpée pour contempler Jésus tel qu’Il est réellement : lumineux de cette lumière qui émane de tout Son être. Chemin difficile, fatiguant, ardu, certes ! Mais au bout, le Seigneur nous donne Sa grâce, Sa lumière, Sa présence. Et en ces temps difficiles, improbables, mouvants, cette stabilité, cette certitude –« Celui-ci est Mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! »– sont profondément rassurantes. C’est bien de cela dont nous avons besoin, plus encore peut-être en cette période troublée où tout change du jour au lendemain, où ce qui était sûr et certain hier –promis, juré craché !– n’est plus que probable aujourd’hui et sera passé, has been ou obsolète demain.
« Celui-ci est Mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! » Que le Seigneur nous accorde la grâce de la confiance. Il est là, Il nous éclaire et illumine notre vie. Belle progression, mes frères, jusqu’à Pâques avec Jésus en chef de cordée qui nous entyraîne à Sa suite !

Publié dans Homélie, Carême

Partager cet article
Repost0

27 février : Rencontre de l'EAP

Publié le par Paroisses de Fresnay, Oisseau et Sougé

Rencontre à 14h à Fresnay
L'EAP, c'est l'Equipe d'Animation Pastorale de nos paroisses (cliquez ICI pour plus d'informations).
La prochaine rencontre aura lieu samedi de 14h à 16h à la sacristie de Fyé.
 
Au programme :
 
- Nouvelles et informations :
  • dimanche 25 avril = confirmation à Fyé des collégiens par Mgr Le Saux
  • à ce jour, 22 mariages inscrits (dont 14 reportés de 2020)
    • en raison de la pandémie, plusieurs mariages prévus pour cette année sont déjà repoussés à septembre, voire à 2022.
  • ​​​​​​​baisse significative du nombre d'inscriptions au baptême
    • ​​​​​​​les familles n'ayant pas la possibilité de réunir leurs proches préfèrent ajourner le baptême de leur enfant.
 
- Le carême :
  • le carême en paroisse : renouer les liens entre paroissiens
    • des propositions d'apértifis à la sortie des Messes en semaine pour garder le lien
    • faire attention aux personnes âgées ou isolées en les visitant ou en leur faisant passer des feuilles avec les informations paroissiales
    • sur la paroisse de Oisseau, une plus grande facilité à discuter entre fidèles à la fin des Messes du samedi soir et du dimanche : bon pour la convivialité
 
  • un carême axé sur l'approfondissement de la prière : 
    • proposition de lire dans leur intégralité les quatre Evangiles, à raison de trois chapitres par jour (dimanche non compris)
    • ​​​​​​​trois adorations proposées chaque semaine (cliquez ICI)
    • un chemin de croix proposé le vendredi soir à 17h à Fresnay

 

  • un partage de carême : proposition d'offrir le quête de fin de carême à L'Aide à l'Eglise en Détresse, suite au passage du Père Samer en septembre dernier (cliquez LA)

 

  • Pâques en mode COVID : que faire en cas de couvre-feu maintenu ?
    • ​​​​​​​suite aux préconisations du diocèse :
      • jeudi saint à 16h30 à Fresnay
      • adoration de 20h à 7h du matin chacun chez soi
      • vendredi saint : laudes à 7h30 en l'église de Fresnay
      • chemin de croix à 15h30 à Fresnay suivi de l'office de la Passion
      • samedi saint en silence
      • vigile pascale à 7h le dimanche matin à Fresnay
      • Messe de Pâques à 10h30 à Fyé  
 
- Liturgie et animation :
  • une assemblée en perte de vitesse à Fyé : réflexions pour l'avenir
    • le constat :
      • des assemblées dominicales entre 50 et 70 personnes
      • une trentaine de paroissiens le samedi soir (avec l'apport de fidèles préférant des assemblées plus réduites en raison du COVID)
      • une différence de quête notable entre les Messes de 10h30 de Fresnay et Fyé
    • ​​​​​​​les points positifs :
      • un groupe de fidèles de la paroisse de Oisseau engagé et volontaire
      • un gros investissement chaque semaine pour la préparation (samedi soir et dimanche)
      • un peu de covoiturage depuis Fresnay et Ancinnes
      • une église vaste et lumineuse
    • les points négatifs
      • désengagement et absence des familles du caté (tant Oisseau que Fresnay)
      • éloignement des villages les plus au nord de la paroisse de Oisseau
      • absence des personnes âgées de Fresnay qui ne conduisent pas/plus
      • une culture historique qui fait que les paroisses ne se sont pas mutuellement intégrées
      • un tout petit groupe à Fyé même
    • des propositions :
      • remercier et encourager ceux qui viennent à la Messe à Fyé
      • renforcer l'accueil, la convivialité
      • ​​​​​​​rappeler l'importance de la pratique dominicale
      • proposer la Messe à Boug-le-Roi (village plus central, église moins grande) ?
      • faire le point fin juin

 

  • achat d'un rétro-projecteur pour les chants pour la paroisse de Oisseau ?
Partager cet article
Repost0

25 février : Le carême selon le Pape François

Publié le par Paroisses de Fresnay, Oisseau et Sougé

 

Partager cet article
Repost0

24 février : Une méditation du bx Charles de Foucauld...

Publié le par Paroisses de Fresnay, Oisseau et Sougé

...sur le Carême
 
 
Il faut passer par le désert et y séjourner
pour recevoir la grâce de Dieu ;
c’est là qu’on se vide,
qu’on chasse de soi tout ce qui n’est pas Dieu
et qu’on vide complètement
cette petite maison de notre âme
pour laisser toute la place à Dieu seul.
 
C’est indispensable…
C’est un temps de grâce,
c’est une période par laquelle toute âme
qui veut porter des fruits
doit nécessairement passer.
 
Il lui faut ce silence,
ce recueillement,
cet oubli de tout le créé,
au milieu desquels Dieu établit Son règne
et forme en elle l’esprit intérieur.
 
Si cette vie intérieure est nulle,
il y aura beau avoir du zèle,
de bonnes intentions,
beaucoup de travail,
les fruits sont nuls :
c’est une source qui voudrait donner de la sainteté aux autres,
mais qui ne peut, ne l’ayant pas.
 
On ne donne que ce qu’on a
et c’est dans la solitude,
dans cette vie, seul avec Dieu seul,
dans ce recueillement profond de l’âme
qui oublie tout le créé
pour vivre seule en union avec Dieu,
que Dieu Se donne tout entier
à celui qui se donne ainsi tout entier à Lui.
 
Notre Seigneur n’en n’avait pas besoin
mais Il a voulu nous donner l’exemple.
 
Rendez à Dieu ce qui est à Dieu.

Publié dans Spiritualité

Partager cet article
Repost0

26 février : Un carême paroissial

Publié le par Paroisses de Fresnay, Oisseau et Sougé

Plus de temps avec et pour Jésus !
 
 
Chers paroissiens et amis,
 
ces quarante jours du carême nous sont offerts pour préparer nos coeurs et nos âmes à Pâques.
Et pour bien préparer Pâques,
la meilleure méthode est de donner plus de place à Jésus dans nos vies.
 
Il y a de multiples façons d'inviter Jésus en notre âme :
l'Eglise recommande les moyens traditionnels de la pénitence, du partage et de la prière.
 
 
Concernant la prière, la paroisse a décidé de vous aider en vous faisant différentes propositions :
 
- une invitation [ICIà lire chaque jour trois chapitres de l'Evangile
afin d'avoir lu les quatre évangiles d'un bout à l'autre pendant le Carême.
 
- l'adoration du Saint-Sacrement trois fois par semaine en l'église de Fresnay :
- les mercredis 3, 17 et 31 mars de 11h à 12h 
- les mercredis 10 et 24 mars de 15h à 17h
- le jeudi matin à 9h à Fresnay après la Messe
- le vendredi à 11h30 après le chapelet et la Messe
 
- le chapelet le vendredi à 10h30
- ainsi que les samedis 20 février et 20 mars à Rouessé-Fontaine.
 
- le chemin de croix à 17h le vendredi.
 
A tous, bon et saint carême, "les yeux fixés sur Jésus" !
Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 > >>