Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2 novembre : Messes pour les fidèles défunts

Publié le par Paroisses de Fresnay, Oisseau et Sougé

Prier pour le salut des défunts
de nos paroisses et de nos familles
 
Au lendemain du jour de la Toussaint,
l'Eglise confie à Dieu les âmes des fidèles défunts qui ne sont pas encore entrées en paradis.
Le 2 novembre, tout prêtre peut célébrer trois Messes pour ces défunts.
 
A Fresnay, ces Messes seront célébrées :
  • à 8h30 (dans la forme extraordinaire du rite romain) à Fresnay
  • à 11h30 à Fresnay
  • à 18h30 à Saint-Aubin-de-Locquenay
 
Merci aux enfants de choeur et Marthe et Marie, fidèles au poste, venus servir à Saint-Aubin !

Partager cet article

Repost0

1er novembre : Le clin d'oeil du dimanche soir

Publié le par Paroisses de Fresnay, Oisseau et Sougé

Demain, vous avez la possibilité de venir à la Messe des défunts
 
Trois horaires au choix : cliquez ICI
 
En revanche, n'oubliez pas votre attestation...

 

Publié dans Humour, Vie paroissiale

Partager cet article

Repost0

1er novembre : L'homélie de la Toussaint

Publié le par Paroisses de Fresnay, Oisseau et Sougé

Même au milieu des difficultés...
...vivre de la sainteté de Dieu !
 
Chers paroissiens habitués et vous qui êtes venus nous rejoindre à l’occasion de cette Messe de Toussaint, nous voici confrontés à une situation quelque peu inconfortable. Notre cœur devrait être dans la joie en ce jour où nous célébrons tous les saints du Ciel qui sont une invitation pour nous à la sainteté : ces hommes, ces femmes, quel que soit leur état de vie, se sont ouverts à l’amour de Dieu et Lui ont laissé toute la place dans leur âme, dans leur cœur, dans leur vie. C’est cela la sainteté : laisser toute la place à Dieu dans notre vie. Ces saints représentés sur les vitraux de nos églises, en statues, sur les tableaux, ont existé en chair et en os –hormis les anges dont mon cher saint Michel au fond de l’église de Fresnay– ils ont mangé, ils ont bu, ils ont ri, prié et aimé, ils ont souvent souffert et offert. Bref, ils sont comme nous, quoi, avec leurs qualités et leurs défauts, leur style propre, leur éducation et leur histoire ! Ce dimanche est donc un dimanche de la joie : le Ciel, c’est la joie, la joie sans fin et sans fard ; le Ciel, c’est l’Amour de Dieu qui déferle  dans notre âme, qui nous envahit en permanence tout en se renouvelant ; bref, le Ciel, c’est la présence de Dieu en face à face. C’est cela que je veux pour moi, pour vous et pour les autres. Oui, ce dimanche de la Toussaint est un dimanche de la joie, de l’allégresse, de la confiance, de l’espérance du Ciel.
 
Pourtant, ma joie est ternie ce matin. Non pas que je doute de l’Amour du Seigneur, ni même de Ses grâces qu’Il est toujours prêt à accorder très largement à ceux qui les Lui demandent. Mais les événements de ces derniers jours sont tellement lourds : d’une part, l’assassinat d’un enseignant le soir du départ en vacances par un terroriste islamiste, celui de trois catholiques par un autre fanatique en la basilique Notre-Dame à Nice, le jour où les musulmans fêtent l’anniversaire de la naissance de Mahomet, et hier après-midi un prêtre orthodoxe qui se fait tirer dessus en plein Lyon, d’autre part, ce nouveau confinement décrété par le gouvernement avec l’interdiction des Messes publiques, alors qu’aucun cluster n’a été identifié dans une église catholique… et ce sans aucune concertation avec les autorités catholiques. Et je n’oublie pas la fermeture des petits commerces qui signe inéluctablement leur mise à mort. Alors, oui : ma joie est salie. Je le dis simplement parce qu’il faut que cela sorte. J’ai mal parce qu’autour du petit Selli que j’ai baptisé hier après-midi il n’y avait que cinq personnes, alors que le baptême, c’est l’entrée officielle dans l’Eglise et que, d’habitude, la famille se presse en nombre autour de l’enfant. Je souffre parce que les personnes âgées en EHPAD vont à nouveau être privées des sacrements. Et cela va être le cas des catholiques à travers la France : la Messe publique a été interdite… mais pas la fréquentation des transports en commun ou des supermarchés. J’ai mal parce que je ne vois pas la cohérence de ces décisions. Voilà, c’est dit !
Visiblement, il y a deux poids-deux mesures :
 un virus actif dans l'église mais pas dans le métro...
 
Est-ce que pour autant, je vais me calfeutrer dans mon presbytère en attendant que le président ne m’autorise à en sortir ? Est-ce que je vais me tourner les pouces en attendant des jours meilleurs ? Pas question : si la mer est agitée en surface, si cela gronde et fulmine à l’extérieur, au plus profond, cela ne bouge pas. Ma joie profonde n’est pas atteinte : je sais, dans la foi, que le Christ est ressuscité, qu’Il est vainqueur de la méchanceté, du mensonge, de l’incompétence, de la lâcheté. Il est plus fort que la mort, que la haine, que le terrorisme. Il a vaincu, Il a écrasé le péché, Il l’a cloué à la croix. C’est pour cela que ceux qui sont venus se confesser ces derniers jours se sont vus immédiatement pardonnés, relevés, envoyés en mission. C’est pour cela que nous pouvons raisonnablement invoquer Nadine, Vincent et Simone, tués en haine de la foi à Nice, tout comme nous le faisons avec le Père Jacques Hamel, égorgé à Saint-Etienne-du-Rouvray le 26 juillet 2016 et pour lequel un procès de béatification est ouvert. C’est pour cela que Dieu est venu chasser les ténèbres de l’âme de ce petit Selli et S’y installer avec joie –et qu’il y ait 5 ou 50 personnes, dans la foi, cela ne change rien. Pour le moment, je me sens bien impuissant pour les petits commerçants, pour les personnes âgées en maison de retraite mais je sais bien que ce n’est pas en chouinant, en pignant comme on dit en Sarthe, que cela changera la donne pour eux. En revanche, de célébrer avec plus de ferveur, de dire le chapelet avec confiance, de m’accrocher à ma bible ces matins où je n’ai pas très envie de la lire, ça, ça peut les aider. Et puis de demander aussi aux autorités compétentes que le droit soit respecté…
Vincent, Nadine, Simone, priez pour nous !
 
Alors, ce matin, je ne me laisserai pas voler ma joie de catholique et de prêtre : le terrorisme peut frapper dans nos églises, le gouvernement peut empêcher aux catholiques –qui ont pourtant été exemplaires pendant et après le premier confinement– de vivre leur foi à travers les sacrements, cela m’affecte, cela me touche, cela me blesse, mais cela n’affecte en rien mon amour de Dieu et de l’Eglise et cela ne m’empêchera pas non plus de vivre ma mission de curé. La sainteté, c’est de faire ce que nous avons à faire sous le regard de Dieu. Et si, au lieu de nous laisser tétaniser par le démon de la peur, nous allions vraiment de l’avant,  –« nous qui marchons par le chemin de la foi, nous hâtons le pas » dit la préface, ce qui permet de poser la question avec un clin d’œil malicieux : tandis qu’un président qui se réclame « En Marche » met pour la deuxième fois la France à l’arrêt, et si les vrai « En marche », c’était nous, les catholiques, les fidèles du Christ ? Oui, allons de l’avant, « hâtons le pas » même : notre monde en sera plus beau car il sera plus saint : Dieu qui peut agir en chacun de nous, qui peut étendre Son action à travers car nous Lui laissons la première place !
Ne nous laissons pas tétaniser par le démon de la peur ! Allons de l'avant !

Publié dans Homélie

Partager cet article

Repost0

31 octobre-1er novembre : Messes de la Toussaint

Publié le par Paroisses de Fresnay, Oisseau et Sougé

Moi aussi, je veux être saint :
je veux être plongé dans la sainteté de Dieu !
 
Merci aux enfants de choeur et Marthe et Marie
d'être venus en nombre pour le service de la Messe :
31 octobre-1er novembre : Messes de la Toussaint
31 octobre-1er novembre : Messes de la Toussaint
31 octobre-1er novembre : Messes de la Toussaint
31 octobre-1er novembre : Messes de la Toussaint

Partager cet article

Repost0

29 octobre : En réponse aux attentats islamistes contre les catholiques

Publié le par Paroisses de Fresnay, Oisseau et Sougé

Prière pour les victimes des attentats islamistes
 

Seigneur,
sur les cinq continents, en haine de la foi,
tant de chrétiens sont menacés, persécutés,
mis en prison, chassés de leurs maisons,
mis à mort, assassinés.
Signes de contradiction, animés du seul désir d’aimer,
ils meurent pour Vous qui êtes l’Amour.
Nous Vous prions pour eux, accueillez-les auprès de Vous.
 
Nous Vous confions aussi leurs persécuteurs, aveuglés par la violence.
Que le sacrifice et le pardon de leurs victimes
les mènent sur un chemin de conversion.

Vierge Marie,
vous qui la première avez éprouvé dans votre chair le glaive,
invoquez pour nous l’Esprit de force :
qu’Il éloigne de nous la peur, la honte, la lâcheté,
qu’Il renouvelle notre foi
et nous donne le désir de témoigner,
en toutes circonstances, que le Christ est Seigneur.
Amen.

Publié dans Spiritualité, Vie d'Eglise

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>