Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

24 octobre : saint Antoine-Marie Claret

Publié le par Paroisses de Fresnay, Oisseau et Sougé

Une vie entièrement donnée à la mission !

"Seigneur, donnez-moi des âmes... le reste m'est indifférent !"
 
Sa vie est ICI

Publié dans Spiritualité

Partager cet article

Repost 0

Confessions pour la fête de Toussaint

Publié le par Paroisses de Fresnay, Oisseau et Sougé

Deux permanences de confessions
pour préparer son âme aux grâces de la Toussaint
 
 
Vendredi 27 octobre de 19h à 19h30 (après la Messe)
Mardi 31 octobre de 18h à 19h à l'église de Fresnay
 
Venez recevoir la grâce du Seigneur qui nous a déjà rachetés par Sa Croix !

Partager cet article

Repost 0

23 octobre : saint Jean de Capistran...

Publié le par Paroisses de Fresnay, Oisseau et Sougé

...patron des aumôniers militaires
 
"1456 : À cette époque, Mahomet II menaçait l’Occident d’une complète invasion :
il se promettait d’arborer le croissant dans l’enceinte même de Rome. 
Lors de la bataille de Belgrade, au plus fort de la mêlée, Jean de Capistran,
tenant en main l’étendard de la Croix, criait : "Victoire, Jésus, victoire !""
 
Sa vie est ICI

Publié dans Spiritualité

Partager cet article

Repost 0

22 octobre : le clin d'oeil du dimanche soir

Publié le par Paroisses de Fresnay, Oisseau et Sougé

Certes, le dimanche, jour de la victoire du Seigneur sur le Mal, prime...
 
...néanmoins, nous n'oublions pas la fête de saint Jean-Paul II
 
Merci, Très Saint-Père, de votre combat pour la famille et la vie !
22 octobre : le clin d'oeil du dimanche soir22 octobre : le clin d'oeil du dimanche soir22 octobre : le clin d'oeil du dimanche soir
22 octobre : le clin d'oeil du dimanche soir22 octobre : le clin d'oeil du dimanche soir22 octobre : le clin d'oeil du dimanche soir
22 octobre : le clin d'oeil du dimanche soir22 octobre : le clin d'oeil du dimanche soir22 octobre : le clin d'oeil du dimanche soir

Publié dans Spiritualité

Partager cet article

Repost 0

22 octobre : l'homélie de ce dimanche

Publié le par Paroisses de Fresnay, Oisseau et Sougé

Rendez à Dieu ce qui lui revient !
"Alors à l'attaque et haut les coeurs !"
 
 
A force d’attaquer les pharisiens, les scribes et les docteurs de la Loi, il fallait bien s’attendre à un retour de manivelle… Eh bien, ça n’a pas manqué ! Mais « à la pharisienne » si vous me permettez l’expression, c’est-à-dire de façon pas franche, par en-dessous. Ils ne viennent même pas eux-mêmes ! L’évangéliste précise qu’ils envoient leurs disciples acoquinés avec les partisans d’Hérode… Tu parles d’un attelage : les tenants de la Loi pure et dure, intransigeante, avec les partisans d’Hérode, ce roitelet cruel et sanguianire qui fricote avec l’occupant romain, qui ne tient son poste de roi de Jérusalem que parce qu’en face, ils le veulent bien. Bref pharisiens et compromis, pharisiens et collabo’, pour faire simple… La manœuvre est simple : tendre un piège à Jésus, Le décrédibiliser, Le rendre clivant. Il y a parmi Ses apôtres de braves gars, qui ont quitté maison et travail pour suivre le Messie, mais qui ont quand même en commun de ne pas aimer l’occupant romain. Il y a bien Matthieu le publicain, celui qui collectait les impôts au profit des Romains, qui fait un peu tache dans ce bel ensemble, mais il faut compter de l’autre côté avec Simon et Jude et sans doute Judas qui sont des zélotes, des résistants à l’occupant romain. Sans doute ont-ils déjà mené des opérations contre des publicains par trop engagés avec l’occupant, voire trucidé un soldat romain qui avait eu la mauvaise idée de traîner seul en ville le soir… Bref, tout ce petit monde méprise Hérode et sa clique de courtisans et déteste franchement l’armée romaine qui occupe leur pays et les taxe à tour de bras pour remplir les coffres de César…
 
Alors quand la question-piège tombe –« Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à César, l’empereur ? »– tout le monde est sur le qui-vive : les apôtres tendent l’oreille, les disciples cessent de papoter, la foule se concentre et les envoyés des pharisiens sont attentifs comme jamais ! De la réponse de Jésus dépend Son avenir : aujourd’hui comme hier, tout se joue parfois sur une petite phrase, une réponse, une attitude. En un instant, Jésus peut passer du statut de leader à celui de looser. « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ! » Jésus a répondu et tout est dit ! La pièce est jouée ! Circulez, y’a rien à voir ! La phrase restera d’ailleurs dans les annales et est utilisée dans toutes les langues, parfois par des anticléricaux notoires, ce qui la rend encore plus savoureuse…
Obligations et devoirs civiques*
 
Ce qui revient à César, c’est-à-dire à l’Etat, nous le connaissons. Il y a les obligations civiques : en premier lieu, le respect des lois et règlements (dans la mesure où ils ne s’opposent pas à loi naturelle ou à nos convictions intimes), mais aussi la participation au financement de l’Etat par l’acquittement des impôts, taxes, cotisations sociales et autres contributions, et la participation à la défense du pays en temps de guerre comme en temps de paix (les plus anciens se souviennent de leur service militaire -et certains parmi les plus anciens ont donné jusqu'à 24 mois de leur vie et de leur jeunesse à l'Etat pendant la guerre d'Algérie- et les plus jeunes participent à la Journée défense et citoyenneté). Il y a aussi les devoirs civiques : la loyauté envers la communauté nationale, la participation à la vie politique, notamment par le vote, le respect des autres et la civilité envers chacun, la solidarité sociale. Nous avons du faire à peu près le tour.
Obligations et devoirs religieux : amour et adoration
OK pour ce qui revient à César. Mais, pour ce qui revient à Dieu, qu’en est-il ? « Rendez à Dieu ce qui est à Dieu ! » Pardonnez-moi d’être aussi direct et d’enfoncer des portes ouvertes mis ce qui revient à Dieu en tout premier lieu, c’est « la gloire, l’honneur et la puissance » ou, pour reprendre les mots du psalmiste, toujours d’actualité : « Il est grand, le Seigneur, hautement loué, redoutable au-dessus de tous les dieux : rendez au Seigneur la gloire et la puissance, rendez au Seigneur la gloire de Son Nom. Apportez votre offrande, entrez dans Ses parvis. Adorez le Seigneur, éblouissant de sainteté. » Tout est dit mes frères : n’allons pas
chercher midi à 14h ! Ma vie, chaque instant de ma vie, chaque battement de mon cœur, doit être un acte d’amour, de vénération, d’adoration envers Celui qui m’a donné la vie, l’existence et l’être. Il est mon Créateur et mon Dieu, mon Maître et mon Roi. Je dois Le louer, Le servir et L’adorer à chaque instant, dans chacun de mes actes. Un jour, j’irai me présenter devant Lui, à l’heure solennelle du grand Jugement et je me rendrai compte que chaque instant vécu sur terre m’avait été donné pour préparer cette grande Rencontre, pour adorer dès ici-bas l’Auteur de la vie qui n’a qu’un désir : me faire vivre de Sa vie éternelle auprès de Lui. Alors, mes frères, le programme est simple : ce qui revient à Dieu, c’est l’adoration qui passe par la prière –et la plus belle des prières, c’est la Messe, évidemment le dimanche puisque c’est une obligation d’amour, mais pourquoi pas aussi en semaine, si nous en avons le temps ?–, l’attention aux autres qui nous sont donnés par Dieu comme un reflet de Sa gloire et le service qui est une façon de donner, de transmettre, de propager cet amour qui est Dieu Lui-même.
Il ne nous reste qu’une seule chose à faire : le mettre en application ! Alors à l’attaque et haut les cœurs !
 
 
____________________________________________________________
*Désolé, M'sieur le curé n'a pas pu s'empêcher de mettre une image bien mili.... On ne se refait pas, n'est ce pas !?

 

Publié dans Homélie

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>